Canaux et Instruments de mise en oeuvre

Pour mener à bien ses cinq objectifs stratégiques, la Suisse s’appuie sur différents canaux qui incluent la société civile, le secteur privé ou les instituts de recherche. Elle combine projets bilatéraux et participation à des programmes multilatéraux.

Source: Site DDC > Stratégie > Canaux et Instruments de mise en oeuvre

La coopération bilatérale: les projets propres de la Suisse

Les projets bilatéraux menés par la Suisse lui assurent un contact avec les réalités locales, un contrôle direct et une visibilité, souvent renforcée par l'engagement de personnel suisse. Les expériences et observations accumulées sur le terrain influencent ses prises de position au sein des organisations multilatérales : engagement bilatéral et multilatéral sont ainsi mis en synergie.

Dans le domaine humanitaire également, la Suisse gère ses propres programmes, en même temps qu'elle entretien des rapports étroits avec les institutions humanitaires multilatérales.

La coopération multilatérale: intervenir à large échelle

La Suisse est membre des principales organisations multilatérales comme la Banque Mondiale, le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) ou le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés. Ces organisations ont un accès direct aux chefs de gouvernement et sont capables de mettre en œuvre des projets et des programmes de grande envergure sur tous les continents.

La Suisse cofinance les grands programmes multilatéraux de lutte contre la pauvreté, et ce, même dans les pays où elle n'intervient pas directement. En siégeant dans le conseil d'administration de ces institutions, la Suisse veille à ce que ses priorités thématiques y soient traitées et que les moyens soient affectés de manière optimale et efficace.

Programmes globaux: lien entre bilatéral et multilatéral

Les programmes globaux de la DDC visent à répondre aux grands défis mondiaux qui pèsent sur la réduction de la pauvreté : crise de l'eau, santé, sécurité alimentaire, migrations et changement climatique. L'engagement se fait sous trois formes : un dialogue politique pour établir des conditions cadres propices au développement, la mise sur pieds de projets novateurs et la diffusion des savoirs et expériences accumulés sur le terrain.

Société civile

La coopération internationale de la Suisse s'appuie également sur les organisations non gouvernementales (ONG) de notre pays qui possèdent une large expérience dans les secteurs de la réduction de la pauvreté et de l'aide d'urgence. Leurs actions sont complémentaires à celles de la confédération. Elles bénéficient par exemple d'un accès aux organisations de base et d'une marge de manœuvre polyvalente. Elles donnent des impulsions innovantes de même qu'elles contribuent à sensibiliser l'opinion publique suisse et à susciter le débat.

Secteur privé

La Suisse intensifie son soutien aux partenariats publics-privés (PPP) pour le développement ainsi que le dialogue avec le secteur privé. Les entreprises suisses sont invitées à mettre leur expertise et leur expérience au service de la réduction de la pauvreté et de la protection des biens publics globaux. Cette démarche permet d'établir de nouveaux modèles d'affaires au bénéfice de larges groupes de population.

Au niveau multilatéral, la Suisse appuie le Pacte mondial de l'ONU qui vise à instaurer des pratiques commerciales et des investissements respectueux de l'environnement et socialement équitables.

Institutions de recherche

En matière de coopération internationale, la recherche se concentre de plus en plus sur la résolution des problèmes de portée globale et la mise à disposition des biens publics mondiaux. Dans ce cadre, la collaboration entre de la DDC, les centres de recherche suisses, mais également leurs partenaires dans les pays du Sud est cruciale.

Contribution des cantons et des communes

Plusieurs cantons et communes s'engagent dans la coopération internationale. Nombre d'entre eux ont d'ailleurs ancré leur engagement dans leur constitution, dans une loi cantonale ou dans une directive communale. Avec leurs compétences dans les domaines de la décentralisation et des services publics, les cantons et communes disposent d'une expertise utile dans les pays du Sud et de l'Est.

En Suisse romande et au Tessin, les Fédérations cantonales de coopération mettent les ONG locales en rapport avec les autorités, et avec la DDC. Elles contribuent au professionnalisme des différents acteurs du développement, font circuler les connaissances et sensibilisent l'opinion publique.

Art et culture

Le maintien de la diversité culturelle et le dialogue interculturel sont nécessaires à l'instauration d'une mondialisation propice au développement. Avec leurs modes d'expression propres, les artistes sont des moteurs du changement sociétal. La Suisse soutient le secteur culturel dans les pays partenaires et favorise l'accès des artistes et des productions culturelles du Sud et de l'Est au marché et au public suisses. Elle contribue par là à mettre en œuvre la Convention de l'UNESCO sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles.

© 2019 Giovismondo - jeunes_visages_du_monde - by Meraviglioso.ch
Support
Non sai come fare? Non funziona qualcosa? Hai dei problemi tecnici? Spiegami nei dettagli cosa stavi facendo e quali eventuali messaggi di errori hai ricevuto. Puoi anche allegarmi un printscreen se può essere utile.
Ajouter les fichiers